Vers un nouveau plafond de prise en charge des dépenses d’optique

Publié par Quentin le 3 mai 2014 dans Actualité

Le gouvernement travaille actuellement sur un projet de décret encadrant les contrats des complémentaires santé, afin de plafonner la prise en charge des dépenses d’optique. A l’horizon 2018, votre assureur ou votre mutuelle santé ne pourra certainement plus vous proposer des remboursements sans plafond ou presque.

 

Le débat sur le prix des lunettes

L’exécutif devrait finaliser au cours des prochaines semaines un projet de décret qui instaurera un plafond de prise en charge pour les lunettes et les lentilles. Ce décret, qui devrait être publié avant l’été parla ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, suscite d’ores et déjà une levée de boucliers de la part des professionnels du secteur. En cause : la volonté de la part du gouvernement d’instaurer un plafond de remboursement, afin de limiter l’envolée des prix.

 

 

Les nouveaux plafonds de remboursement

Un présentoire à lunettesLe quotidien Le Monde a révélé une première mouture de ce projet de décret, établi par la Direction de la Sécurité Sociale. Le plafond de remboursement optique serait progressivement abaissé : fixé à 350 euros pour des verres simples et à 100 euros pour la monture, il pourrait tomber à 200 euros pour des verres simples en 2018. Pour des verres complexes, à l’instar des verres multifocaux, la prise en charge maximale pourrait passer à 600 euros dès 2015, et 400 euros en 2018. A noter que le décret pourrait également limiter le nombre de prises en charge à une paire de lunettes tous les deux ans, sauf pour les enfants « en cas d’évolution de la vue ».

 

Ces tarifs progressifs, instaurés sur 3 ans, vise à éviter l’effet pervers d’une baisse brutale des plafonds de remboursement. Selon des sources proches du dossier, le gouvernement cherche à s’affranchir de l’effet négatif d’une telle mesure, à savoir l’exclusion des plus précaires des soins optiques.

 

Une mesure controversée

A terme, cette baisse des plafonds obligera mécaniquement les opticiens à diminuer leurs prix, sous peine de se priver d’une partie de leur clientèle. Une situation inacceptable pour Christian Roméas, président du Syndicat des opticiens entrepreneurs, qui s’interroge sur les options possibles en cas de lunettes cassées avec un remboursement tous les 2 ans. Même son de cloche du côté de Marianne Binst, à la tête du réseau Santéclair, qui juge les plafonds bien trop bas par rapport aux prix du marché.

 

Les mutuelles estiment au contraire que les plafonds proposés restent trop élevés, comme l’affirme Jean-Martin Cohen-Solal, délégué général de la Mutualité (fédération des mutuelles santé). Pour lui, le plafond des verres complexes devrait s’établir à 350 euros, tandis que la dégressivité prend des allures de mesure complexe et illisible pour le consommateur.

 

Les industriels et fabricants d’optiques sont logiquement opposés à ce projet, et mettent en avant la facture sociale élevée, dans un secteur qui compte 10500 salariés sur 77 sites français.Philippe Peyrard,directeur général délégué de l’opticien Atol a notamment mis dans la balance le licenciement d’un millier de salariés du Jura, tout en se montrant sceptique sur les objectifs d’économies du décret.

Partagez ces bons plans avec votre entourage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *